Connect with us

Musique

Papa Wemba, pionnier du mariage entre le rap et la rumba

Publié il y a

le

L’un des derniers monstres sacrés de la rumba, toujours à l’avant-garde du genre, fut l’un des premiers à inviter des rappeurs sur ses morceaux. Une contribution d’Olivier Mukiandi.

Depuis quelques temps, de Paris à Bruxelles en passant par la Suisse, impossible d’échapper au raz de marée des sonorités musicales congolaises dans le rap game francophone. De Damso à Niska en passant par Gims, Dadju ou Ninho, les têtes d’affiches de la scène urbaine francophone ont pour beaucoup la particularité d’être originaire des deux rives du fleuve Congo. Pourtant, ce phénomène n’est pas récent. À la fin des années 90, Passi et le Bisso Na Bisso avaient déja frappé un très grand coup !

L’origine du phénomène n’est pas à rechercher en Europe mais plutôt du côté de Kinshasa. Car il semblerait que le mariage entre rumba et rap – devenu aujourd’hui si fréquent dans le rap francophone, soit d’abord le fait du « créateur d’idoles », et « roi de la sape » Papa Wemba. Et s’il n’était pas le seul (on se souvient du « Rap-sap » de Zao dès 1993), il fut à n’en pas douter l’un des pionniers – tendance poids lourd – de ce phénomène dont il planta les graines il y a 25 ans déjà. Rien d’étonnant pour celui qui a toujours su se renouveler, et qui rappelait d’un air amusé que le rap existait déjà dans les traditions de son Kasaï natal.

De Molokai à Paris : Papa Wemba s’exporte 

Dans l’édition du numéro 1284-1285 d’août 1985, le magazine Jeune Afrique publiait dans ses colonnes un article dont voici un extrait : « Des sociologues l’affirment : Papa Wemba est le plus grand phénomène musical que la société zaïroise ait jamais produit. À trente-cinq ans, il n’est pas seulement le leader d’une nouvelle génération de chanteurs : il est aussi l’idole de millions de jeunes. » L’aura qui caractérisait celui qui se faisait surnommer Jules Presley à ses débuts n’était pas suffisante pour expliquer le phénomène. Car le membre fondateur de Zaiko Langa Langa, s’il avait séduit le Zaïre de l’époque, avait un autre rêve : celui de conquérir le monde avec la rumba. Grâce à lui et à certains de ses disciples, la rumba prend des accents rock et pop. D’ailleurs, on parle de rumba rock ! Afin de se dévouer corps et âme à son ambition, Papa Wemba s’installe au milieu des années 80 à Paris. À cette époque, la ville lumière – où se retrouvent tous les enfants de l’ancien empire colonial – est l’un des épicentres de ce que Jean-François Bizot, le patron d’Actuel et de Radio Nova, appelle « la sono mondiale », plus tard étiquetée « world music » dans les bacs. La politique culturelle de Jack Lang favorise les échanges, en particulier avec l’Afrique, et Paris bouillonne de toutes les influences. Quand Wemba y débarque, il bénéficie de l’expertise de producteurs tels que Martin Meissonnier, Hector Zazou ou Philippe Conrath ainsi que de la curiosité d’un certain milieu parisien qui tombe sous le charme de l’artiste et de sa passion pour la S.A.P.E (Société des Ambianceurs et des Personnes Élégantes). Plus tard, sa rencontre avec Peter Gabriel – qui lui ouvre les portes de son label, Real World, et de ses studios, lui donne véritablement un nouvel élan. Wemba parcourt les continents. Il jouit d’un formidable accueil au Japon où la rumba trouve – depuis qu’il y est allé avec les Zaïko – un certain écho notamment avec la création de formations musicales nippones de rumba congolaise. Puis, en 1995, la sortie d’Emotion lui permet de recueillir les faveurs de la critique et de la presse spécialisée outre-Atlantique. 

Papa Wemba – Yolele
Le désamour kinois 

Mais si la carrière du chanteur s’internationalise, sa fan base se sent délaissée et sa popularité en pâtit dans sa propre patrie, Kinshasa. La concurrence devient rude avec l’avènement d’une nouvelle génération. Les jeunes qui étaient acquis à sa cause vibrent désormais pour Wenge Musica et son ndombolo qui accélère le rythme de la rumba. Quant à la gente féminine, elle est sous le charme du poulain de Wemba : Koffi Olomide et son tchatcho. Comme le dit le fameux dicton : la nature a horreur du vide ! Papa Wemba en fait les frais. Le leader de Viva La Musica qui compte près d’un quart de siècle de carrière est simplement dépassé. Mais ce n’est pas au vieux singe que l’on apprend à faire la grimace ! Le chef du Village Molokai a toujours su se réinventer ! C’est d’ailleurs l’une de ses forces ! Il semble même être meilleur face à l’adversité. Il se relance d’abord grâce à un album de très bonne facture, Foridoles, dans lequel il revient à ses premiers amours : la rumba traditionnelle. Par la suite, il enchaîne avec l’album Wake-Up, ou la rencontre au sommet avec son protégé, Koffi Olomide. Une espèce de Watch The Throne (album en commun de Jay-Z et Kanye West) avant l’heure. En surfant sur cette vague, le rossignol de Kinshasa prend l’initiative de monter un nouveau groupe, Nouvelle Écriture (dont le nom reprend celui du dernier album enregistré avec Viva la Musica).

De la rumba rock à la rumba rap : une nouvelle écriture

Papa Wemba recrute de nouveaux musiciens, tous de jeunes kinois qui contribuent à donner à sa musique un nouveau souffle. Wemba veut aussi sa part de ndombolo afin de coller à la tendance mais il va encore plus loin : il incorpore dans sa musique du rap. Tout d’abord, parmi ses nouveaux musiciens, il y a un certain New Jack qui fait également office d’atalaku (animateur, chanteur chargé d’ambiancer le public). Ce dernier sait aussi rapper comme un MC ou toaster comme un DJ, le tout en lingala. Le premier album avec Nouvelle Écriture contient du rap sur « Sai Sai », le suivant également. Sur Fula Ngenge, l’album qui marque ses 30 ans de carrière et son demi-siècle sur cette terre, Wemba invite, sur le morceau éponyme qui ouvre l’album, le groupe de son fief de Matonge : Croikastyle. Et c’est le morceau « O’Koningana » avec en featuring le rappeur Tony Saad qui est le véritable tube de l’album. 

PAPA WEMBA – O’KONINGANA

La rumba congolaise se teinte de R&B et confirme la tendance que Papa Wemba avait amorcée sur les albums précédents. Grâce à la forte rotation du clip sur MCM (ancêtre de Trace TV) et à la publicité de la confiserie Raffaello du groupe Ferrero qui utilise la chanson « Yolele » issu de son album Émotion, Wemba s’attire, au sein de la diaspora, les faveurs de la jeune génération. Dans les années suivantes, c’est elle qui va l’inviter sur ses projets. 

La reconnaissance de la jeune génération

Passi sur l’album du Bisso Na Bisso puis sur le projet Dis l’heure 2 afro zouk avec le tube « Anita, femme africaine » en featuring avec Singuila ou encore Abd Al Malik sur le magnifique « Ode To People » (Ground Zéro). En dehors de la diaspora, c’est DJ Kost qui l’invite sur Double Face, l’une de ses compilations à succès ou encore la rappeuse ivoirienne Nash sur « Sapologie ». Jusqu’à son dernier projet, Forever sorti à titre posthume, Jules Shungu Wembadio pour l’état civil continue de flirter avec les musiques urbaines à l’image de « Chacun Pour Soi » signé du beatmaker Dany Synthé (on lui doit notamment « Sapé comme jamais » de Gims) en featuring avec la superstar tanzanienne Diamond Platnumz. Papa Wemba contribue largement à ce mariage entre musique congolaise et rap. Depuis, d’autres artistes de la scène kinoise lui ont emboîté le pas, de Koffi Olomide à Werrason en passant par Fally Ipupa et sa série Tokoss qui élargit davantage le crossover entre les deux genres musicaux. Des artistes comme Gims et Dadju qui sont des Bana Viva (leur père fut membre de l’orchestre Viva La Musica) s’imprègnent et s’inspirent de son héritage. Quant au rappeur kinois Lexxus Legal, il lui a rendu un bel hommage post-mortem avec un groupe traditionnel tetela (l’ethnie de Wemba, comme de Lumumba, NDLR).

Enfin, d’autres rappeurs n’hésitent pas à le sampler comme Badi (le magnifique « Lettre à ma femme » d’après la dernière lettre de Lumumba à son épouse) ou à le citer en punchline comme Rohff dans « La Grande Classe » : « J’baisse pas mon froc mais le remonte jusqu’aux pecs, comme Papa Wemba », autant de preuves supplémentaires du lien entre le roi de la sape et les rappeurs dont il fut aussi l’idole.

Source www.pan-african-music.com

Continue Reading
Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A LIRE AUSSI