Connect with us

News

Hayet Abidal défend son époux dans l’affaire de sa greffe de foie

Publié il y a

le

Il y a quelques heures, Hayet Abidal s’est livrée dans un long entretien accordé à Magali Berdah sur sa chaîne YouTube. La femme de l’ancien footballeur professionnel s’est confiée sur de nombreux sujets, dont la greffe de foie de l’ancien joueur du Barça. Morceaux choisis.

« Les demandes étaient trop insistantes et il a fallu qu’on mette un frein pour que ça s’arrête »

Sur la recherche d’un donneur de foie : « La première opération, c’est lui qui me tirait vers le haut, tellement on était tous les deux effondrés. J’avais découvert que j’étais du même groupe sanguin que lui, j’avais proposé de lui donner une partie de mon foie mais les médecins nous ont dit que ce n’était pas possible en ayant des enfants ensemble. Un jour un de ses médecins m’a appelé et m’a dit : « Hayet, la tumeur grossit trop vite, il nous faut un donneur vivant. Il faut absolument que tu contactes toute sa famille et que tu trouves un donneur. » Je me suis dit qu’il fallait que je sois forte et que je sauve mon mari. J’ai eu l’aide de sa maman qui m’a aidée à mener les recherches. »closevolume_off

Sur les premiers contacts avec Gérard Armand, le supposé cousin d’Éric Abidal : « Je l’ai contacté. Sa maman m’avait obtenu le numéro de sa mère. Il était tout de suite partant. Il avait vraiment envie d’aider son cousin et m’a dit qu’il ne le faisait pas que pour Éric mais aussi pour lui-même, il sortait d’une dépression et ressentait le besoin de faire un geste de bienveillanceJe pense qu’il avait des attentes auxquelles on n’a pas répondu. Quand on fait un don d’organe à un proche, on prête serment devant un juge que c’est un don du cœur, et je pense qu’il s’est égaré à un moment donné. Les demandes étaient trop insistantes et il a fallu qu’on mette un frein pour que ça s’arrête. »

Sur les accusations qui pèsent sur le clan Abidal : « Ça commence à être vraiment fatigant, ça nous affecte tous, ce sont des accusations très graves, mes filles reçoivent des messages traitant leur père d’assassin alors que tout est complètement faux. J’étais avec Eric et son cousin du début à la fin, j’étais avec eux quand ils sont entrés au bloc opératoire. Son cousin ne parlait pas espagnol donc je ne pouvais pas le laisser tout seul, je m’étais compromise à être avec lui. Je les ai vus entrer au bloc, je les ai vus en sortir, j’ai vu les infirmières lui retirer les points de suture. Beaucoup de personnes pensent qu’il a été avantagé alors qu’en fait pas du tout. Au contraire, le fait d’être célèbre a été un vrai frein pour lui. »

Source www.booska-p.com

Continue Reading
Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A LIRE AUSSI