Connect with us

Musique

La musique bubblegum fait son retour avec les E&S Brothers

Publié il y a

le

Le label Afro Synth, basé à Johannesburg, a annoncé une réédition du duo, purement électronique bien qu’indéniablement ancré dans la musique disco sud-africaine des années 1980.

Lorsque Shadrack Ndlovu et Ernest Segeel s’associent au propriétaire de label Dane Stevenson et au producteur amateur Taso Stephanou pour créer les E&S Brothers, l’ère de la bubblegum music vient de commencer en Afrique du Sud, stimulée par le succès de la disco shangaan. Ce genre, funky, extasique et riche en synthétiseurs, deviendra la marque de fabrique d’icônes intemporelles comme Yvonne Chaka Chaka et Brenda Fassie, et la bande-son de toute une génération de Sud-Africains noirs vivant sous l’Apartheid. Sorti sur Blue Tree, le premier 12″ des E&S Brothers, Dont Bang The Taxi Door, connaît un succès relatif dans les stations de taxi du pays, connues pour leur rôle clé dans la diffusion de la musique populaire. Le projet est suivi par l’enregistrement d’un album complet : Taduma, avec au clavier Dr Buke, un musicien de Soweto particulièrement prisé.

Lorsque Taduma sort en 1985, l’album est un succès « modéré » mais conséquent, propulsé par des titres comme « Taxi Door » et le refrain hypnotique de « Mhane » (« Mhane, famba na wena« , qui signifie « Mère, je vais vers toi« ). Le label sud-africain Afro Synth réédite aujourd’hui le projet et dévoile le morceau éponyme, qui illustre parfaitement la marque sonore du duo : joyeuse et dansante, avec de fortes influences disco et une touche kwaito prophétique. 

En effet, vocalement, Ndlovu et Segeel sont plus proches du rap que du chant, et utilisent une combinaison d’anglais et de langue vernaculaire. Des morceaux comme « Mapantsula » et « Be Careful » placent également le duo dans le style urbain « pantsula », étroitement associé à la montée du kwaito et du hip-hop en Afrique du Sud. Tandis que les vagues de synthés euphoriques chevauchent le son explosif de boîtes à rythmes sur les différents morceaux (le mot « Taduma » étant une référence au son du tambour), les couplets de Segeel et Ndlovu animent la musique. Après Taduma, ce dernier se lancera d’ailleurs en solo en 1988 avec son album Makhala Njalo.

Taduma par E&S Brothers, sorti sur Afro Synth.

Source www.pan-african-music.com

Continue Reading
Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A LIRE AUSSI

Copyright © 2010 Urban Fm 104.5fm | Powered by Mayeweb