Connect with us

Clip

Blick Bassy invité par le trio SR9 pour une reprise d’Ariana Grande

Publié il y a

le

À l’invitation du trio français SR9, l’artiste camerounais Blick Bassy propose une version de « One Last Time », le tube d’Ariana Grande, chantée dans sa langue maternelle, le bassa. Une pépite publié chez No Format.

Le trio SR9, formé par les trois percussionnistes français Paul Changarnier, Nicolas Cousin et Alexandre Esperet, s’est lancé dans une folle entreprise : reprendre à sa sauce, entièrement acoustique, avec la collaboration et les arrangements de Clément Ducol, des grands tubes qui ont monopolisé la tête des hits parades. Des bangers qu’ils nous proposent de réécouter de façon totalement inédite. Les trois géo-trouvetou (le bricolage d’instruments inédits fait partie de leurs spécialités) ont ainsi convié plusieurs voix à partager leurs versions modestes et géniales. Parmi elles, celle du Camerounais Blick Bassy (lui aussi pensionnaire de la maison No Format).

Avec le trio SR9, Blick Bassy a enregistré deux titres au studio Ferber (Paris), dont ce magnifique « One Last Time » rendu célèbre par Ariana Grande.

« One last time, racontent les trois percussionnistes de SR9, c’est l’histoire d’une session nocturne. Ce soir là, comme d’habitude, on a pris un peu de retard. Blick arrive au studio, il est discret, concentré, nous entendons à peine le son de sa voix. Nous démarrons le record et dès les premières notes, c’est une vraie claque. Blick Bassy s’empare du titre dans sa langue natale, le Bassa. Avec une aisance déconcertante, il harmonise ses voix et métamorphose ce tube de la pop pour se l’approprier pleinement. Blick Bassy fait partie de ces artistes que l’on admire dès les premiers instants.»

Les voix, toutes enregistrées par Blick, se marient à merveille aux arrangements – doux, ronds et puissants et à leur intérprétation par le trio. La vidéo réalisée par Julien Borel entretient le mystère puisque, jusqu’à la conclusion du morceau, on ne voit Blick Bassy que de dos. Il apparaît enfin, quand la musique s’éteint et que les voix s’entrelacent en une splendide et déchirante plainte. Une petite merveille, à écouter sans modération.

Source www.booska-p.com

Continue Reading
Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A LIRE AUSSI