Connect with us

Musique

Darkovibes offre un cadeau à ses fans avec The Cornerstone

Publié il y a

le

Le chanteur le plus cool d’Accra revient avec cet EP très spécial, dédié à « ceux qui le suivent depuis le début de son périple ». Continuez à marcher avec lui !

2020 a été une année particulière pour tout le monde, mais pour certains plus que pour d’autres. Pour Paul Nii Amu Andrew Darko a.k.a Darkovibes, cette période aura été marquée par le Covid, mais aussi par la sortie de son album Kpanlogo en avril. La pandémie s’est propagée aussi vite que sa musique et avec un single au sommet des charts (« Inna Song »), une flopée de concerts en Europe et une notoriété grandissante, facile d’imaginer à quel point l’année 2020 a été intense pour le chanteur, alias Cool Paul. Est-ce cette période qui l’a inspiré pour ce nouveau projet ? « Oui, parce que ça a été un temps de réflexion », répond-il, « ça a été un temps et un sentiment formidable, et j’ai décidé de donner à mes fidèles auditeurs quelque chose à quoi s’accrocher. Cette année a été dure pour tout le monde, on mérite tous mieux. Mais aussi non, parce que certains des titres avaient déjà été produits, donc assembler ce projet n’a pas été difficile ». Les victoires et les problèmes émergents de cette nouvelle reconnaissance, surtout en cette année très particulière, sont des trames que l’on ressent au fil du projet. Les thèmes sont à la fois sombres et heureux, de sa mère décédée (« Lost Ones »), aux pièges que rencontrent les artistes (« Problems »), en passant par des questions sociopolitiques (« Crazy people »), à l’amour (« Sierra Leone ») ou à l’egotrip (« Chicken Swing »). 

La cohérence du projet vient de l’ambiance rêveuse et presque atmosphérique présente dans de nombreux morceaux, construite par ses instrumentales planantes et la voix puissante de Darkovibes. « J’appelle ça le feels », explique-t-il, « La technologie nous a permis de concevoir des sons pour évoquer certaines émotions dans certaines parties de notre cerveau. Et c’est ce que j’ai exploré sur cet EP ». Si le projet est clairement expérimental sur le plan sonore, en tant qu’interprète, Darkovibes a également joué un rôle important sur le plan lyrical. Mais dans l’art, tenter de nouvelles choses n’est pas nouveau pour lui : « ma musique a toujours été et sera toujours expérimentale et lyrique », dit-il, « sur ce disque, j’ai retranscrit mon état d’esprit au moment de l’écriture. De nos jours, personne ne peut déterminer ce qui pourrait être un tube grand public ; si la musique marche, alors elle marche à 100%. « Crazy People », « Problems », « Pree We », « Lost Ones » sont toutes des chansons avec lesquelles je suis en contact à un niveau hautement spirituel. Qui peut dire que les auditeurs ne s’y connecteront pas de la même manière ? »

The Cornerstone a bien une couleur expérimentale, mais le membre du La Même Gang n’en a pas pour autant oublié ses bases solides. Les featurings sont pour la plupart des artistes proches de Darkovibes (RJZ, Sarkodie, DJ Vision, Humble), et le chanteur ne vise pas forcément à conquérir un nouveau public avec cet EP : « ce projet est avant tout destinée à mes fans principaux, ce sont eux auxquels je pensais en l’organisant ». Quel est le message qu’il veut leur faire passer ? « Ils sont les architectes de leur propre vie. Ils devraient aussi écouter attentivement « Crazy People », ils se rendront compte qu’il n’y a que nous-mêmes pour libérer nos esprits et repousser les limites ». Le morceau sert en effet de conclusion parfaite à ce projet réalisé en des temps troublés. Le projet, bien qu’en les prenant en compte, est définitivement une évasion aux angoisses de notre époque. 

Source www.pan-african-music.com

Continue Reading
Commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI

Copyright © 2010 Urban Fm 104.5fm | Powered by Mayeweb