Vegedream narre un destin tragique pour « Tu m'as menti »


12 août 2019

Une tragédie en 6 minutes.

En juillet dernier, Vegedream refaisait surface après son succès national datant de 2018, à savoir Ramenez la coupe à la Maison. Fort de cette glorieuse réussite, l'Orléanais a longuement mûri un projet très personnel nommé Ategban qui a d'ailleurs reçu un accueil plutôt favorable du public. Après avoir mis en images son featuring avec le Belge Damso, il revient sur Youtube pour gratifier ses auditeurs du clip de Tu m'as menti

Vegedream à coeur ouvert

Dans le passé, Vegedream s'est très souvent illustré dans un genre dansant où romantique. Nous l'avions rarement entrevue dans un style mélancolique comme c'est le cas pour cette 18ème piste de l'opus. Afin de mettre en images ce morceau particulièrement profond, le chanteur a opté pour un scénario poignant. Deux âmes-soeurs que tout oppose se retrouvent ainsi séparées par leur propre famille pour aborder ce thème d'un amour impossible. Le clip aux allures de court-métrage donne également à voir Vegedream isolé dans une demeure abandonnée en train de jouer du piano. Avec ce nouveau visuel très touchant, il démontre une fois de plus l'étendu de son potentiel en s'attaquant à un style quelque peu différent de ceux qu'il exploite de coutume. 

Un artiste en accord avec son temps 

Au détour d'une interview accordée à Booska-P,Vegedream nous a confié son secret pour toujours rester au top de la tendance, à savoir sa capacité à s'adapter aux attentes du public. Il déclare : « Je pense que la musique change, pour être dans la vague, il faut comprendre ça. Il y a des gens qui sont bloqués dans les années 2000, ils font des sons, ça marche pas et ils s'étonnent. Mais tu sais, les gens grandissent et la musique évolue aussi, donc je pense que l'ambiance maintenant a pris une grosse place dans le rap d'aujourd'hui. Je sais que les gens aiment bien s'amuser, qu'ils aiment s'ambiancer et c'est ce qu'on écoute en ce moment. »

Source www.booska-p.com

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article