Gabon: Daniel Cousin charge Bilié-By-Nze

15 avril 2019

Le 28 mars, après l’élimination du Gabon en Coupe d’Afrique des nations 2019, Daniel Cousin a été évincé de son poste. Dans une interview sur So foot le 12 avril, l’ancien sélectionneur a regretté cette éviction. Il a notamment dénoncé les intrigues dont il était victime, le manque de sérieux de dirigeants, l’indiscipline des joueurs, mais surtout la non-prise en compte de son projet par Alain-Claude Bilie-By-Nze.

Deux semaines après son éviction à la tête des Panthères, suite à l’élimination du Gabon aux éliminatoires de la coupe d’Afrique des nations, Daniel Cousin n’est pas tendre avec les dirigeants gabonais.

Par le biais d’une interview sur So Foot publiée le 12 avril, l’ancien sélectionneur du Gabon s’en est pris notamment au ministre de Sports non sans déplorer le climat délétère au sein de la sélection gabonaise, marqué par les intrigues dont il a été victime. «Avec l’attitude de la Fédération et du ministère des Sports, qui ne cessaient de me mettre des bâtons dans les roues, je m’y attendais forcément à mon éviction», a lancé Daniel Cousin.

L’ancien sélectionneur du Gabon regrette le fait de n’avoir pas réalisé le projet «ambitieux» qu’il avait pour l’équipe nationale. «Oui! Je souhaitais mettre en place un projet sportif, en m’inscrivant sur deux ans. Mettre en place un règlement intérieur, ce qui n’a, à ma connaissance, jamais été fait en sélection, afin d’instaurer une vraie discipline. Sur les horaires à respecter par les joueurs pour rejoindre le lieu de rassemblement avant d’aller voir la famille. Je voulais aussi organiser plus régulièrement des stages avec les locaux, créer une école de gardiens de but. Et pour la sélection A, professionnaliser les choses, pour les stages, notamment».

Selon Daniel Cousin, ce projet a été remis à Alain Claude Bilie-By-Nze en janvier. «Il ne m’en a jamais parlé. Quand j’ai voulu évoquer le sujet avec lui, il m’a dit qu’on devait régler les choses à propos de mon contrat et de mes salaires. En gros, que c’était l’un ou l’autre», a déclaré l’ancien sélectionneur.

Concernant l’élimination du Gabon aux éliminatoires de la Can, Daniel impute celle-ci aux dirigeants n’ayant pas voulu débloquer les moyens. «J’avais demandé certaines choses. Aller voir les joueurs en Europe. On m’a répondu qu’il n’y avait pas de moyens. Je souhaitais organiser le stage de préparation au Rwanda pour des raisons climatiques, vu que ce pays dispose d’un centre technique de qualité, avec un terrain synthétique, comme celui de Bujumbura. J’avais fait un budget global de 25 millions de francs CFA environ (38 000 €). Je n’ai reçu aucune réponse. Du coup, on s’est préparé à Libreville», a-t-il déploré, regrettant  que le vice-président de la République et le ministre de Sports aient retardé le déplacement des joueurs sur Bujumbura.

Daniel Cousin s’est également prononcé sur les l’arrivée tardive en sélection d’Aubameyang, la présence de Pierre Obaume ainsi que ses deux fils Catalina et Willy dans l’avion affrété pour l’équipe. Tout cela résulte selon Daniel Cousin, «sans doute d’accords entre lui et le ministre».

Interrogé sur le paiement de son salaire, Daniel Cousin attend le règlement de l’intégralité de ce qu’il doit percevoir. «J’ai récupéré une partie de mes salaires de manager de la sélection. J’attends le reste», a-t-il lancé.

Source www.gabonreview.com

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article