Diam's récolte des fonds pour un orphelinat au Mali

06 décembre 2018

Loin du rap français, Diam's est plus impliquée que jamais dans l'humanitaire.

Les causes humanitaires sont de plus en plus défendues par des artistes de l'urbain, en témoigne par exemple la volonté manifeste de Damso au mois de septembre de bâtir un orphelinat au Congo RDC. Il y a quelques jours, c'est Niro qui oeuvrait pour les sans-abris en utilisant sa force de frappe sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, c'est l'ex-rappeuse Diam's, l'une des plus grandes que le game français ait connu, qui s'investit pour aider un orphelinat au Mali.

Diam's en appelle à notre générosité

C'est par le biais de son compte Instagram que Mélanie Georgiades, plus connue sous le nom de Diam's, a fait un appel aux dons. L'organisation bénévole Big Up Project qu'elle soutient agit pour la protection de l’enfance défavorisée en Afrique, et apporte une aide financière à des centres d'accueil de jeunes en difficulté, notamment avec la mobilisation de bénévoles. C'est à la suite d'un voyage humanitaire en Afrique en janvier 2009 que Diam's s'y est investie. Elle avait notamment reversé l'intégralité des royalties de son album SOS à l'association ; elle en était d'ailleurs la toute première donatrice.

Cette fois, c'est dans un but précis que la femme sollicite sa communauté. Au Mali, elle prend en charge l'orphelinat de Dialakoroba qui compte 38 enfants. Comme elle l'explique dans ses deux dernières publications, les dons permettraient d'aider Fatoumata, fondatrice de l'orphelinat, à l'achat de vêtements, de médicaments, de nourriture ou de toute autre chose permettant aux enfants de vivre dans des conditions décentes.

Le rap impliqué dans l'humanitaire

Pleinement acquise à la cause humanitaire, Diam's continue d'oeuvrer à l'ombre du showbusiness, un milieu dont elle a préféré s'écarter dans les années 2010. Elle le raconte notamment dans Mélanie, Française et Musulmane, sa seconde biographie publiée en 2015, dans laquelle elle revient sur son retrait du rap français et sa conversion à l'Islam. Impliquée dans l'organisation Big Up Project, elle fait partie de ces personnes qui agissent pour le bien collectif. Dans le rap, cette prise de conscience se démocratise. De multiples exemples en sont la preuve, comme par exemple le concert de l'Abbé Road qui chaque année au mois d'octobre réunit des têtes d'affiches pour récolter des fonds : Rimk, Vald, Ninho ou Sadek faisaient partis de l'édition 2018.

Source www.booska-p.com

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article